Le mot du président

2013 … :

Il y a tout juste deux ans, j’étais à la même place, à introduire la première édition de « Ze Topo ». A l’époque nous pensions pouvoir nous reposer quelques années après cette première parution. Nous en avions besoin suite aux nombreuses années de travail qu’il nous avait fallu pour y arriver ! Mais c’était compter sans le succès public de cette parution, après un peu plus d’un an, nous avions déjà épuisé nos stocks ! Alors plutôt que de me plaindre d’avoir dû nous remettre à l’ouvrage plus tôt que prévu, je voudrais remercier tous les heureux acquéreurs de la première édition de « Ze topo ».

Grâce à eux, nous avons pu assumer avec sérénité et des moyens  adaptés l’ensemble de nos missions concernant la gestion des sites naturels d’escalade (SNE) en Isère.

Alors bien sûr depuis 8 mois nous avons aussi passé pas mal de temps à travailler sur cette nouvelle édition, en deux tomes. Mais ce coup-ci on espère être tranquille et pouvoir tenir au moins 3 ans avant d’avoir à s’y remettre !!!

Et puis n’oublions pas que c’est pour la bonne cause car cette nouvelle édition est faite dans le même esprit que la première :

Vous offrir deux beaux ouvrages présentant de manière plus exhaustive les sites d’escalade isèrois et permettre grâce aux recettes de la vente de rendre pérennes les actions du CD 38 FFME en matière de gestion des SNE.

Un descriptif, synthétique et chiffré, des actions réalisées grâce aux recettes de « Ze topo » est d’ailleurs disponible à votre attention sur le blog , onglet Actions du CD 38. Et nous tacherons d’y tenir à jour, au fur et à mesure de nos réalisations, la liste des actions menées grâce aux recettes des ventes de topo.

Depuis deux ans, le contexte dans lequel intervient le CD 38 FFME s’est encore structuré. Les communes partenaires continuent de nous accompagner et d’autres collectivités locales tendent à s’impliquer.  Les partenariats avec les institutions, Conseil Général de l’Isère et DDCS, se sont renforcés. Nous y trouvons d’indispensables soutiens dans nos missions quotidiennes pour assurer la pérennité du plus grand nombre de sites de pratique.

En contrepartie, nos comportements de grimpeurs se doivent d’évoluer. La montagne et les falaises doivent être des espaces de liberté, mais pas d’anarchie où seule règne la loi de la jungle ! Nous devons être capables de partager ces espaces. En premier lieu avec la faune et la flore, afin de préserver un milieu fragile et des espèces parfois en danger. Mais aussi avec tous les autres utilisateurs des lieux, dont les pratiques parfois bien éloignées des nôtres n’en sont pas moins légitimes et respectables.

Vous l’aurez compris, l’escalade se normalise, non pas dans l’uniformisation de l’équipement ou de ses différentes facettes (ce contre quoi nous luttons), mais dans son intégration sociale. Cela nous offre des opportunités, des soutiens, des moyens. Mais cela suppose aussi d’être responsable, d’accepter certaines règles de « savoir vivre ensemble ». On dit bien que la liberté des uns s’arrête là où commence celles des autres. Pour les grimpeurs cela veut notamment dire qu’il faut être capable d’accepter, quand les raisons sont valables, qu’une belle barre ne soit jamais équipée…

François CHOPARD    Président du CD 38 FFME.